Accueil > Encyclopédie > S > Scrubs > Saison 2 > Mon Mtier de Rve
Mon Mtier de Rve
Titre original : My Dream Job
Saison 2 - Episode 22 | N dans la srie : 46 | N de Production : S145
1re Diffusion (Originale) : 17/04/2003 - (Française) : 19/07/2003

Rsum

Cest la priode annuelle o le Dr Kelso choisit un interne pour le torturer et son choix finit par se porter sur Elliot qui lui a lanc une seringue au visage. Tandis que Turk, J.D. et Elliot arrivent la fin de leur deuxime anne dinternat, Spence, un copain duniversit, dbarque pour assister au mariage de deux de leurs amis. Son arrive va valoir des remontrances Turk et J.D. De plus, Spence, aprs une soire arrose, fait une gaffe en dvoilant au Dr Cox quil est le pre du bb de Jordan.


Synopsis de l'pisode

Voir le synopsis

Distribution & Production principale
Scnariste(s) : Tim Hobert, Matt Tarses

Ralisateur(s) : Bill Lawrence (III)

Acteurs présents : Zach Braff (Dr John "J.D." Dorian), Sarah Chalke (Dr Elliott Reid), Donald Faison (Dr Chris Turk), Neil Flynn (Le Concierge), Ken Jenkins (Dr Bob Kelso), John C. McGinley (Dr Perry Cox), Judy Reyes (Infirmire Carla Espinosa)

Guest Star(s) Rcurents : Johnny Kastl (Doug Murphy) [x51], Sam Lloyd (Ted Buckland) [x90], Robert Maschio (Todd Quinlan) [x114], Christa Miller (Jordan Sullivan) [x88], Aloma Wright (Infirmire Laverne Roberts) [x80]

Guest Star(s) : James Henriksen (Mari), Sarah Lilly (Femme), Ryan Reynolds (Spence), Steve Susskind (M. Groff), Richard Voigts (M. Weinberg)

Notes de production

* Notes :
- Ryan Reynolds (Spence) a t nomm aux MTV Movie Awards 2003 dans la catgorie Meilleure Rvlation pour son rle dans American Party (2002). Sa carrire a dbut en 1991 avec la srie tlvise Fifteen et semble prendre son envol au milieu des annes 2000 avec son rle dans Blade : Trinity et le remake dAmityville sans toutefois obtenir de vritables premiers rles dans des films majeurs. Le 27 septembre 2008, il se marie avec Scarlett Johansson, actrice amricaine au grand succs, dans lintimit. Il prpare le spin off de X-Men Origins : Wolverine, Deadpool dont la sortie est prvue pour 2010.
- Lorsque Spence conseille J.D. dessayer la mousse ou la gomina pour redresser ses cheveux, la scne ne devrait pas exister puisque dans le pilote de la srie, lors dun flashback de la premire journe duniversit de J.D., celui-ci a dj les cheveux redresss.
- La marionnette de ventriloque de lpisode 19, Mon Royaume, est visible sur le lit derrire J.D. dans la scne du flashback des cheveux.
- Il existe un pisode portant le numro 23 pour cette saison qui est une collection de clips faite partir des deux premires saisons et qui a t diffus le 24 avril 2003. Il porte le titre de Scrubs Funniest Moments ou Scrubs : The Outtake Show.

* Gaffes :
- Dans la scne o J.D. simagine tre le Roi du Chocolat et prend la main de Turk pour la manger, les doigts de Donald Faison peuvent tre distingus et ce dernier cherche visiblement se retenir de rire.
- LorsquElliot parle Ted au sujet du Dr Kelso, il dispose dun clavier sur son bureau alors quil ny a pas dcran dordinateur.

* Allusions :
- Dans la version originale (mais pas dans la version franaise), Spence appelle J.D., Crockett et Turk, Tubbs.
James Sonny Crockett, le blanc, et Ricardo Rico Tubbs, le noir, sont les deux personnages de la srie Deux Flics Miami (Miami Vice, 1984-1989) jous respectivement par Don Johnson et Philip Michael Thomas.
- Dans la version originale, le Dr Cox salue Turk, Spence et J.D. (qui sont assis sur un banc) en leur disant Good morning, Angels , Bonjour les anges (ce qui nest pas le cas dans la version franaise). Le Dr Cox se rfre manifestement aux trois Drles de Dames et il joue le rle de Charlie. La srie Drle de Dames (Charlies Angels) date de 1976 et il sagit de trois jeunes femmes belles, intelligentes et indpendantes qui travaillent pour un certain Charlie qui les contacte uniquement par tlphone pour leur confier des missions.

* Citations :
Dr Kelso (montrant sa montre Carla) : - Mademoiselle Espinosa, sauriez-vous par hasard quelle heure commence le service de 9h30 ?
Carla : - A 9h30.

Carla : - a valait bien la peine de faire des tudes juridiques.
Ted : - Je voulais devenir snateur.

Dr Cox sadressant au Dr Kelso :
- Tiens, Bob, je crois que jai une ide. Arrtez de venir nous emmerder lhpital, restez chez vous, on vous remplacera par une horloge norme. Ah et si jamais vous veniez nous manquer, on y rajouterait un petit Bob Kelso en forme de coucou qui surgirait toutes les cinq minutes en disant jai jamais su combler une femme, jai jamais su combler une femme, jai jamais su combler une femme .

Penses de J.D. : - On arrive la fin de notre deuxime anne et pour nous, les jours se suivent et se ressemblent. Finalement, linternat, a se rsume deux ou trois choses. Paperasse trois mdicaments par malade
Elliot : - Donner Madame Allan de lactamide pour la migraine, du Restoril pour linsomnie et du Colace pour la dconstiper.
Penses de J.D. : - Paperasse examens de routine et bien entendu paperasse.

J.D. : - Euh, coutez monsieur Groff, cette douleur au pied est d au diabte, cest pour a que les analgsiques nagissent pas. Mais je voudrais tout de mme essayer un traitement antispasmodique avant denvisager une amputation.
Monsieur Groff : - Trs bien, je passe un concours de danse acrobatique, demain. Allez-y, coupez-moi cette salet.

Spence : - Jill Anderson.
Turk : - Ouais.
Spence : - Ouais.
J.D. : - Non.
Turk : - Monica Meyer.
Spence : - Ouais.
Turk : - Ouais.
J.D. : - Vous savez les gars, je ne suis pas sur que ce soit de trs bon got dtre l recenser toutes nos anciennes conqutes de la fac alors que Carla est ct, dans la chambre.
Turk : - Leslie Stevens.
J.D. : - Ouais, sur une pile de manteaux avec une centaine de personnes tout autour. Un sacr coup !
Carla : - Et qui dautre, qui dautre tu tes tap ?
J.D. : - Carla, la fac a ne se rsume pas au sexe et aux manteaux

J.D. : - Spence ma tir de pas mal de mauvais pas.
Flashback
Spence : - Et si tessayais de la mousse ou de la gomina ? a les redresserait un peu.
J.D. : - Ouais.
Fin du flashback
J.D. (se touchant les cheveux) : - Ma vie a chang ce jour-l.

Spence : - Jai limpression que a fait des sicles. Cest vrai, vous deux (montrant Turk et Carla), vous tes fiancs et je suis venu en ville parce que nos copains Martin et Jack vont se marier.
Carla : - Un double mariage ?
J.D., Spence et Turk rpondent ensemble en baissant la tte : - Non.
Carla : - Ooh un mariage homo !

J.D. : - Cest une perfusion de vitamines calcium et potassium en solution saline cent centimtres cube de lheure.
Turk : - Cest radical contre la gueule de bois, tu verras.
Spence : - a me fait tout chaud dans lestomac.

Dr Cox : - Alors messieurs, quest-ce qui vous arrive, on a un peu abus des cocktails, hier soir ?
J.D. : - Spence, voil le Dr Cox et
Jordan : - a va, laisse tomber.
Spence : - Oh, ah oui, cest lui le fameux mentor dont tu mas parl hier soir. (Sadressant au Dr Cox) Toutes mes flicitations.
Dr Cox : - Pourquoi tu me flicites ?
Spence : - Vous venez davoir un bb.
J.D. : - Non, non, non, (montrant Jordan) elle vient davoir un bb.
Spence : - Mais tu mas dit que ctait le sien. Et quest-ce que tu mas dit dautre ?
Turk : - Quil savait pas que ctait le sien.
Spence : - Tas raison, cest a.

Penses de J.D. : - Il na pas ouvert la bouche depuis dix minutes. Bon, jy vais, je me lance.
J.D. : - Dr Cox
Dr Cox : - Bizut, si les deux premiers mots qui sortent de ta bouche, cest pas au revoir , ceux qui suivront, ce sera oh, mon Dieu, mes couilles, il ma donn un coup de pied dans les couilles .
J.D. : - Au revoir.

Spence : - Et celui-l ?
J.D. : - Oui.
Spence : - Celui-l aussi ?
J.D. : - Oui. Ecoute, ce serait peut-tre plus simple si tu me demandais dans quels fesses je nai pas mis mes doigts.

Spence : - Vous avez des cas intressants au moins ?
Turk : - Voil, Monsieur Weinberg atteint de dmence snile mais toujours enchant de gronker.
Spence : - Cest quoi gronker ?
Monsieur Weinberg : - GRONK !
Spence : - Passionnant.

Spence : - Et quand est-ce quon entend crier Au bloc et le reste.
Carla : - Presque jamais.

Carla : - Bambi, tes visites.
J.D. : - Oh, cest vrai.
Spence : - Cours Forest, cours. (Regardant Carla) Je voulais le motiver un peu.
Carla : - Oui, javais compris.

Penses de J.D. : - Jai pas intrt tre en retard. Cest la priode de lanne o Kelso choisit un interne pour le torturer mort. Le secret cest de rpondre tout de suite aux questions faciles pour limpressionner.
Dr Kelso : - Vous tes prt, on peut y aller.
J.D. (levant la main) : - Oui.
Dr Kelso : - Quest-ce qui vous prend ?
J.D. : - Est-ce quon peut y aller, rponse oui.
Dr Kelso : - Oh.

Dr Kelso : - Docteur euh docteur japonais ou chinois, le lit sept, posez une perfusion. Et vous Dr Murphy et Dr Toujours Prt, faites un pas en avant.
Penses de J.D. : - a y est, on est fichu.
Dr Kelso : - Quels sont les quatre diffrents diagnostics pour une surtension persistante dans une lectrocardiographie, Dorian ?
J.D. : - Ischmie.
Dr Kelso : - Murphy ?
Doug : - Anvrisme.
Dr Kelso : - Dorian ?
J.D. : - Pricardite.
Dr Kelso : - Murphy ?
Doug : - Je passe.
(Soupirs du Dr Kelso)
Penses de J.D. : - Mon pauvre Doug, je te garderai une tablette de chocolat.

Carla : - Oh, je te crois pas.
Elliot : - Je te jure. Et maintenant, cest parti, le Dr Kelso me saute dessus chaque fois quil me voit.
Todd : - Il en a de la chance. (Prsentant sa main) Aller toooooooooope. Non ? Alors moi je tope (il se tape dans la main). Jai besoin de personne.

Carla sadressant Elliot :
- Ecoute, Elliot, il fait le coup rgulirement. Ds que Kelso commence croire quil neffraie plus personne, il prend nimporte qui comme bouc missaire et il le choisit au pif. Sauf si on lui lance une seringue au visage.

Jordan : - Je sais, je ne tai pas dit que lenfant tait de toi et tu men veux, je comprends a mais ce que je comprends pas cest pourquoi tu en fais toute une histoire. Je voudrais bien savoir ce qui te perturbe tant.
Dr Cox : - Parce que tu trouves que cest pas assez ?
Jordan : - Oh, je tai dit que ctait pour pas que tu te sentes oblig de vivre avec moi, pour pas que tu te sentes manipul.

Carla (parlant de Jordan) : - Moi jai limpression quelle a voulu protger votre couple.
Elliot : - Oui, y a pas mal de mres qui disent que le meilleur moyen de se faire pouser cest de se faire faire un mme.
Dr Cox : - Quoi ?
Elliot : - Oui et ces mres-l sont encore bien pire quand elles dcident darrter de boire.

J.D. : - Bonjour.
Le concierge : - Je gagne plus que vous.
J.D. : - Hein, quoi ?
Le concierge : - Jai vu votre paye et a ma bien fait marrer. Je gagne plus que vous beaucoup plus que vous.
J.D. : - Vous pouvez pas voir les bulletins de salaire.
Le concierge : - Bien sur que non, je nai aucun moyen daccder aux fiches du personnel (il sort toutes les cls de lhpital de sa poche). Cest impossible ?

Le concierge : - Oh, je me rappelle, euh 9, 8, 7, 75 43, 20.
J.D. : - Cest mon numro de scurit sociale, a ?
Le concierge : - Non, celui de votre compte en banque.
J.D. : - Dsol, mon compte en banque cest 3, 6, 84.
Le concierge : - Bingo !

Turk : - Jai un peu prt 500 dollars dconomie. O est-ce que tu me conseilles de les mettre ?
Spence : - Jen sais rien, achte un paquet de chips. Hey, offre un cadeau de mariage Martin et Jack. Jack veut un furet.
J.D. : - Un furet, cest sympa.
Turk : - Non, a mord.

Dr Kelso (parlant du travail dElliot) : - Ces points de suture sont trs mal faits, nest-ce pas Ted ?
Ted : - Euh, jen sais rien, monsieur oui non je men fiche dailleurs.

Elliot : - Je sais ce que vous cherchez, vous essayez de me terroriser. Grrrrr ! a me drange pas.
Dr Kelso : - Dr Reid, mme si vous naviez pas t assez maladroite pour essayer de mloigner tout lheure, cest vous que jaurais prise comme bouc missaire. Vous tes extrmement motive, exasprante, toujours pleine denthousiasme et bien que vous travaillez aussi dur que les autres, vous narrivez toujours pas hurler aussi fort que la meute. Je vous ai choisi parce que jespre, de tout mon cur, que vous allez vous interroger sincrement, vraiment, trs sincrement, pour savoir quil ny a pas une autre profession qui correspondrait mieux ce que vous tes. En attendant, soyez gentille et refaites la suture de cette plaie.
Ted (s'adressant Elliot) : - On va prendre une bire ensuite ?

Dr Cox : - Tu aurais d me le dire franchement.
Jordan : - Euh, puisquon en est savouer nos mensonges, Perry, je tai toujours fait croire que jaimais les pommes mais cest pas vrai jaime que les poires.

Spence : - Y a rien de mieux quune bonne bire dans un jacuzzi. Jai pas raison, Ed ?
Ed : - Oui, il marrive de rester l-dedans des heures daffiles et den descendre dix les unes aprs les autres.
J.D. : - Et quand vous avez envie de pisser ?
Ed : - Vous tes tous mdecin, non ?

Penses de J.D. : - Un mdecin doit savoir grer limprvisible. Quil sagisse de quelquun qui soit ttu comme une mule
Jordan : - Oui, jai dcid que je naccepterais pas de me faire jeter alors je reste dans le coin jusqu ce que tu me pardonnes.
Penses de J.D. : - ou parce quon a t bless vif ou encore parce quon doit travailler avec un slip tremp.

Dr Cox : - Salut, Betty. Salut, Wilma. Ne vous pressez pas, vous navez que 50 minutes de retard. Cette odeur, cest pas de la bire ?
J.D. : - Et bien, oui, on en a bu.
Dr Cox : - Jai un scoop pour vous. On ne peut pas travailler quand on a bu avant. Cest rserv aux pilotes.

J.D. : - Ecoutez, docteur
Dr Cox (sadressant J.D. et Turk) : - Non, taisez-vous. Si quelquun mavait demand encore ce matin sil y avait un seul moyen pour que jprouve moins de respect pour les gnies que vous tes, je lui aurais dis non, non, non, non, non, ce nest pas possible mais oh, surprise, vous tes parvenu me dcevoir, flicitations. Le seul petit problme cest que je nai pas je nai pas apport de ruban bleu pour vous dcorer. Il va falloir que vous contenter de cinq paires de claque et de trois coups de pied au cul. Rentrez chez vous, je ne veux plus vous voir, ce soir.
Jordan (sadressant au Dr Cox) : - Trs bien, le speech.

Penses de J.D. : - Aprs a, jtais plus dhumeur plaisanter.
Le concierge : - Alors, toujours fauch ? (Sortant un billet de sa poche) Un geste anonyme et gratuit de la part dun type qui gagne plus que vous.
J.D. : - Vous voulez que je vous dise. Moi, ce que je fais, a a de limportance, OK. Vous, vous nettoyez encore le mme couloir que ce matin et je suis prt parier que vous nettoierez le mme endroit demain. Alors vous naurez qu passer me voir et mexpliquer en quoi ce que vous faites, jour aprs jour, peut tre utile aux autres et faire la moindre diffrence dans le monde.
Le concierge : - Trop mchant.

Jordan : - Quand est-ce quon mange ?
Dr Cox : - Oh, arrte, Jordan, sois gentille et laisse-moi dix secondes que je puisse rflchir.
Jordan : - Mmm, non.
Dr Cox : - Oh, coute. Tu as une attitude vraiment immature, l. (Regardant ailleurs) Oh, mon Dieu, ce type est en flammes, fuyons.

Elliot : - Dr Cox, je suis ravie de vous voir.
Dr Cox : - Oh, cest de pire en pire.

Elliot : - Oh, le Dr Kelso me torture. Je croyais vraiment que jallais tenir le coup parce que je reviens de loin, moi aussi, cest vrai. Tenez, javais peur de vous par exemple. Maintenant, je peux vous parler de nimporte quoi. Vous dire que vos cheveux sont particulirement boucls ces temps-ci. Pas boucls langlaise mais plutt comme un caniche ou un mouton.
Dr Cox : - Je nai pas compris un mot de ce que tu viens de me dire.

Turk : - Mais quest-ce qui ta donn lide de te pointer ce week-end ?
Spence : - Mais je suis l pour le mariage, cest moi qui ai prsent Martin Jack. Enfin je les ai pas vraiment prsents mais cest moi qui les ai vus le premier se faire du pied sous la table.

J.D. : - Typique de Spence. Tu dbarques en ville et tu nous cre des tas de problmes.
Spence : - Quoi, cest pas moi qui vous est forc sortir ? Hey, je fais une prsentation de capital jeudi, demande moi si je vais sortir mercredi soir.
J.D. et Turk : - Tu veux quon sorte
Spence : - Je ne peux pas, les gars, je regrette. Jai une prsentation. En fait, la vrit, cest que vous navez pas arrt de vous plaindre de votre travail depuis que je suis l et chercher des tas dexcuses pour vous chapper. Alors peut-tre quau lieu de vous en prendre moi, vous devriez reconnatre que vous faites un boulot dtestable.

Ted (sadressant Elliot) : - Dr Reid, jai bien peur que rien de ce que vous me racontez ne puisse, juridiquement, tre considr comme du harclement.
Dr Kelso (entrant dans le bureau de Ted) : - Encore un coup dans leau, Dr Reid. Mais la prochaine fois que vous demanderez un avis juridique, vous ferez peut-tre mieux de consulter un avocat qui ne sy est pas repris cinq fois pour obtenir son diplme.
Ted : - Le stress provoque une dyslexie chez moi et vous le savez Dr Oslek.

Dr Cox : - Mais pourquoi tu me fais a ?
Jordan : - Je vais te le dire, Perry. Parce que a fait des annes quon samuse ce petit jeu. On est comme des ados. Y en a un qui se fche et qui sen va et lautre personne est trop orgueilleuse pour lui courir aprs. Et dans lheure qui suit, tu te retrouves au lit avec une reprsentante en pharmacie et moi, jessaie de convaincre ma mre, que ce truc dans ma valise, cest le dernier fer friser vibrateur la mode. Mais il faut que a change maintenant. Les donnes sont plus les mmes, on a un enfant. Jai pas lintention de partir tant que tu mauras pas promis de rentrer avec moi.
(Le Dr Cox embrasse Jordan.)
Dr Cox : - Aller rentre. Je te rejoins tout lheure.
Jordan : - Apporte le dner.

J.D. : - Cest vrai, regardez ce carrelage, on pourrait presque manger par terre.
Le concierge : - Vous le feriez ?
J.D. : - Je ferais quoi ?
Le concierge : - Vous mangeriez par terre ?
Penses de J.D. : - Je lai fait. Jai mchonn ce morceau de jambon sans avoir que le dtergent utilis pour nettoyer le carrelage dclenchait des diarrhes aiges. Et je me suis rendue compte dune chose : on est mdecin parce que notre priorit dans la vie, cest daider les autres.
Le concierge : - Je trouve a dgotant.
Penses de J.D. : - Et il faut que cela reste une priorit. Parce qu la fin de la deuxime anne, on ne voit mme plus la lumire au bout du tunnel. Alors on saccroche ce quon peut. Persvrance courage sacrifice

Spence : - Dommage que vous ne veniez pas au mariage.
J.D. : - Ouais, tu les embrasseras bien pour nous.
Turk : - Et surtout, oublie pas de leur dire que le furet adore les lgumes.
Spence : - a me manquera de ne plus vous voir Ah, ah, ah A un de ces jours.

Penses de J.D. : - Et surtout, il ne faut pas attendre de reconnaissance.
J.D. : - Le traitement a bien march, votre pied va beaucoup mieux.
M. Groff : - Et en plus il faut que je vous remercie parce que vous faites votre mtier correctement ?
Penses de J.D. : - Y a pas de quoi.

J.D. : - Euh, peut-tre que jaurais d vous parler de votre bb avant. On peut en discuter plus tard.
Dr Cox : - Non dailleurs, je nen veux pas Jordan.
J.D. : - Non ?
Dr Cox : - Non, jai peur. En fait, jai mme flipp toute la journe parce que je me dis que je suis nul et que je serais le plus abominable des pres.
J.D. : - Oh, vous ? Dites pas a, vous allez tre pouvantable non, non, non, pardon, je veux dire, vous allez tre un pre poustouflant. Comme hier soir, vous nous avez bott les fesses parce quon lavait mrit. Et vous vous rappelez quand vous avez dit que je ntais peut-tre pas le pire interne que vous ayez jamais vu ?
Dr Cox : - Oui, je me rappelle, ctait il y a trois semaines.
J.D. : - Vous pouvez pas savoir ce que a ma fait du bien.
Dr Cox : - Oh, mais jai dit je pense que tes peut-tre pas le pire interne que je connaisse, mais je ne peux pas tre sur, a demande rflexion, faut que je te compare encore un peu et cest long.

Dr Kelso (sadressant Elliot) : - Pourquoi est-ce que je reste l, Dr Reid ? Parce que je ne veux pas rater le moment o vous allez fondre en larmes devant tout le monde. Tenez, a vient, je le sens. De grosses larmes de belles grosses larmes de crocodile
J.D. (sadressant au Dr Cox) : - Si ctait votre fille, je suis sur que vous sauriez quoi faire.
Dr Cox : - Bon sens, tu as raison.
(Il se dirige vers le Dr Kelso et lui tape sur lpaule.)
Dr Kelso : - Oui ?
(Le Dr Cox lui met un coup de poing en plein dans le nez et le Dr Kelso tombe terre.)
Dr Cox (sadressant Elliot) : - Tes un bon mdecin, poupe.
Elliot : - Merci.
Dr Cox : - Aller, salut tout le monde. (Sadressant Eliot.) Je men vais, je vais voir mon fils. (Il sourit Elliot puis enjambe le Dr Kelso.) Attention Bob, je passe.
(Tout le monde regarde le Dr Kelso alors que Ted est mort de rire.)
Infirmire Roberts (au tlphone) : - En plein dans le nez, oui.
Penses de J.D. : - Vaut mieux pas traner dans le coin.

* Musiques de lpisode :
- Pinch Me de The Barenaked Ladies (Lorsque J.D. explique ce que cest que linternat.)
- Candyman de Sammy Davis, Jr (Lorsque J.D. simagine tre le Roi du Chocolat.)
- Sunday de Keren DeBerg
- My Brilliant Feat de Colin Hay (Quand le Dr Kelso sen prend Elliot et que le Dr Cox lui met un coup de poing dans le nez qui le fait tomber terre.)
Membres additionnels de la production

Producteur excutif : Bill Lawrence (III)
Co-producteur excutif : Tim Hobert, Matt Tarses , Eric Weinberg
Producteur : Gabrielle Allan, Garrett Donovan, Neil Goldman, Randall Keenan Winston
Co-producteur : Liz Newman
Musique : Jan Stevens
Montage : John Michel
Directeur de la photographie : John Inwood
Cration des dcors : Susan Bolles
Producteur associ / dlgu : Danny Rose
Assistant de Casting : Blyth Nailling, Blyth Nailling
Charg de Production : Mark J. Greenberg
Chef accessoiriste : Paul Iannizzotto
Chef dcorateur : Brian Kasch
Coiffeur : Scot Williams
Consultant mdical : Dr Jonathan Doris, Dr Dolly Klock
Coordinateur de la production : Hillary Simone Hirsch
Coordinateur de Post-Production : Nicola Scaramuzzo
Costumes / Costumire : Carey Bennett
Directeur Artistique : G. Victoria Ruskin
Distribution des rles : Brett Benner, Debby Romano
Ensemblier (Dcorateur de plateau) : Yinka Wilson
Maquilleur : Darla Albright
Montage de l'histoire : Janae Bakken, Debra Fordham, Mark Stegemann
Montage de la musique : Mike Schwartz (II)
Premier Assistant Ralisateur : Richard A. Wells
Second Assistant Ralisateur : Franklyn M. Gottbetter
Supervisation du scnario : Denise Karey

 Episode prcdentSaison 2 Episode suivant  
Membres : pour accder aux avantages membres, vous devez tre inscrit ou identifi avec votre login

Mise jour le : 12/12/2009 11:53