Accueil > Encyclopédie > S > Scrubs > Saison 3 > Ma Baleine Blanche
Ma Baleine Blanche
Titre original : My White Whale
Saison 3 - Episode 3 | N° dans la série : 49 | N° de Production : 304
1ère Diffusion (Originale) : 23/10/2003 - (Française) : 26/06/2004

Résumé

Le Dr Cox et Jordan sont à la recherche d’un nouveau pédiatre pour leur fils et vont voir celui de l’hôpital, le Dr Norris, qui plait beaucoup au Dr Cox car il lui ressemble beaucoup, jusqu’à ce que son fils ait une mauvaise toux.
Alors que chacun gère ses internes à sa façon, J.D. demande de l’aide à Elliot qui le renvoie vers Sean, son petit copain, car il lui a donné de très bons conseils à propos de ses propres internes. Ce qui ne plait pas vraiment à J.D.


Synopsis de l'épisode

Voir le synopsis

Distribution & Production principale
Scénariste(s) : Eric Weinberg

Réalisateur(s) : Michael Spiller

Acteurs présents : Zach Braff (Dr John "J.D." Dorian), Sarah Chalke (Dr Elliott Reid), Donald Faison (Dr Chris Turk), Neil Flynn (Le Concierge), Ken Jenkins (Dr Bob Kelso), John C. McGinley (Dr Perry Cox), Judy Reyes (Infirmière Carla Espinosa)

Guest Star(s) Récurents : Frank Encarnacao (Dr Mickhead) [x25], Scott Foley (Sean Kelly) [x12], Johnny Kastl (Doug Murphy) [x51], Christa Miller (Jordan Sullivan) [x88]

Guest Star(s) : John E. Cheffy (Benjamin), Torrey DeVitto (Fille superbe), Catherine Langlas (Interne #1), Patrick MacManus (Garçon), Christopher Meloni (Dr Norris), Jace Milstead (Jimmy), Kiran Rao (Brian), Robbie Swift (Bruce), Luke Gregory Wilson (Seth)

Notes de production

* Note :
- Christopher Meloni (Dr Norris) est un acteur américain le 2 avril 1961 à Washington d’origine italienne et canadienne-française. Il est particulièrement connu pour son rôle de l’inspecteur Elliot Stabler dans la série télévisée New York, Unité Spéciale et pour son interprétation dérangeante du psychopathe bisexuel Chris Keller dans la série Oz (1997).

* Allusions :
- Le titre de l’épisode, “Ma Baleine Blanche” (“My White Whale”), est une référence à Moby Dick d’Herman Melville dans lequel un personnage prénommé le Capitaine Achab est mû par une seule obsession : il veut absolument tuer Moby Dick, une baleine blanche tueuse, qui lui a fait perdre sa jambe. Achab entraînera ainsi son équipage à la suivre à travers toutes les mers, à la poursuite du monstre mais aussi de son propre destin.
- Dans la version originale, Turk déclare : « This one needs brain work, this one needs a heart… » et J.D. : « This guy needs courage. » (Dans la VF, Turk dit « Celui-là a besoin d’une trépanation, celui-là a besoin d’un cœur… » et J.D. « Celui-là a besoin de courage. »)
C’est une allusion au Magicien d’Oz, un film où une jeune fille, Dorothy, doit rentrer au Kansas et rencontre en chemin un épouvantail qui se plaint de ne pas avoir de cerveau, un bûcheron en fer blanc qui se plaint de ne pas avoir de cœur et un lion qui se plaint de manquer de courage. Ils se rendent tous les trois auprès du Magicien d’Oz et Dorothy les aident à obtenir ce qu’ils veulent.

* Citations :
Sean (regardant le journal) : - Oh, pff, les dauphins ont encore gagné.
Elliot : - Mmm.
Sean (montrant le journal à un orque) : - Tiens regarde. (S’adressant à Elliot) Il va encore déprimer toute la journée.

Dr Cox : - T’es gentille, celui-là, t’essaye de ne pas le terroriser.
Jordan : - Quoi ? Le dernier, je l’ai pas terrorisé.
Dr Cox : - Tu l’as mordu.
Jordan : - J’ai dérapé et mes dents ont éraflé son épaule.
Dr Cox : - Ouais, t’as éraflé et après t’en aurais pas profité pour arracher la viande ?
Jordan : - Pfff.
Dr Cox : - Jordan.
Jordan : - Quoi ?
Dr Cox : - Y avait du sang partout.
Jordan : - Il avait une attitude bizarre, c’est sa faute.

Dr Norris : - Qu’est-ce que vous voulez ?
Jordan : - On recherche un nouveau pédiatre qui suivrait notre fils.
Dr Norris : - Et vous vous êtes dit que, même si ma consultation est surchargée, étant donné que vous êtes à la direction et que le Dr Cox est ici non seulement chef de service dans cet hôpital mais aussi un taré caractériel de renommée internationale, vous pourriez vous permettre de chambouler l’organisation de mes rendez-vous pour me coller votre rejeton, en bénéficiant d’un passe droit avant que je me sois présenté. (Jordan et le Dr Cox font oui de la tête) Salut, Dr Norris.

Turk (montrant le tableau des patients) : - Ça là, tout ça là, tous ces noms que vous voyez marqué, ce sont tous des patients. Celui-là a besoin d’une trépanation, celui-là a besoin d’un cœur…
J.D. : - Celui-là a besoin de courage.
Turk (A J.D.) : - Tu sabotes ou tu aides, là. Tu sabotes ou tu aides ? (A ses internes) Ce que je veux dire, c’est que leur vie ou leur mort dépend des soins que vous leur prodiguer post-op. Donc soyez un peu pro et remuez vos fesses de ploucs.
Les internes ensembles : - Oui, Dr Turk.
Une interne : - Dr Burk.
J.D. : - Oh, hey, la fille là, elle vient de te traiter de Dr Burk.
Turk : - Ça c’est gentil, toi, ils t’appellent tous Dr Pisse de Flûte.
J.D. : - Quoi ?

Pensées de J.D. : - J’avais décidé de changer de tactique avec mes internes.
J.D. : - Ecoutez, les mecs, je suis pas ici pour vous fliquer, OK ? Je suis pas… je suis pas votre chef de stage. Je suis votre pote, votre… vas-y mon gars. Je suis J.D.
Pensées de J.D. : - Evidemment ma tactique avait certains inconvénients.
J.D. : - Mais y a un truc quand même que je vous demande. C’est d’être là à 9 heures pétantes demain, d’accord ?
Brian (levant la main) : - Euh, c’est bon si je viens à 9h30 ?
J.D. : - C’est bon, aucun souci. Y’en a d’autres qui veulent venir plus tard ?
Interne 2 : - Moi.
Interne 3 : - Moi aussi, ça m’arrange.
J.D. : - Ok, bon ben on a qu’à dire à tout le monde vers 10 heures, ça va ? Aller (il frappe dans ses mains).
Seth : - Je peux venir à 9 heures.
J.D. : - Non, j’ai dit 10 heures.

Dr Kelso : - Mais ne serait-ce pas le docteur coupeuse de cheveux en quatre et sa fameuse charmante équipe de bras cassés ?
Elliot : - En fait, monsieur, ce sont des pointures. Alors, assistez au spectacle et accrochez-vous.
(Bruce casse du matériel médical.)
Dr Kelso : - Ne vous inquiétez pas fiston, ces trucs-là, on en a à la pelle.
Bruce : - C’est vrai ?
Dr Kelso : - En fait, si vous vous ennuyez, je vous conseille d’aller détourner un camion de glace et de vendre des cônes devant le laboratoire de pathologie. Le bénéfice que vous en tirerez en sera plus que nécessaire. Parce que j’ai l’intention d’investir vos douze prochains salaires dans une perruque de clown que vous porterez pour le reste de votre internat.

Dr Kelso s’adressant à Elliot :
- Dr Reid, je remarque que malgré votre ébouriffant et excitant nouveau look et votre petit ami, dont le parfum à de vagues relents de merlans de la Baltique, vous vous noyez comme toujours dans un flot de médiocrité.

Dr Cox : - Euh, je crois, Dr Norris, que ce que nous recherchons c’est un médecin qui ne soit ni trop alarmiste, ni trop négligent. Quelqu’un de consciencieux.
Dr Norris : - Oh, Seigneur, je vous en prie, faites que ce quelqu’un ce soit moi.
Jordan : - Mais vous êtes, à l’évidence, trop occupé avec votre clown.
Dr Norris : - Mon clown ? (Il rigole) Une rareté de collection.
Jordan (au Dr Cox) : - Celui-là j’ai le droit de le mordre ?

Dr Cox (parlant du Dr Norris) : - J’adore ce mec.
Jordan : - Bien sur, tu l’adores, on dirait toi. Et l’être au monde que tu aimes le plus, c’est toi, tu le sais.

Elliot : - Euh, qu’est-ce que tu fais ?
Bruce : - Quand je suis nerveux, ça m’aide. C’est un truc pour se concentrer.
Elliot : - Tu sais ce qui m’aide à me concentrer ?
Bruce : - Moi, quand je fais ça ?
Elliot : - Non, un lapin.

Le concierge : - Mais c’est dingue ça. J’ai peut-être trop dilué le produit.
(Le concierge passe son chiffon plein de produit sur l’oreille de Doug.)
Doug : - Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah
Le concierge : - Ben alors, c’est pas le produit.

Dr Norris : - Sa température est en-dessous de 48° ?
Dr Cox : - Je crois, oui.
Dr Norris : - Miam miam, pipi, pot pot ?
Dr Cox : - Oui, plein, beaucoup et des fois, tout en même temps. Je vous en prie, c’est une mauvaise toux, qu’est-ce que vous en dites ?
Dr Norris : - Vous prenez rendez-vous pour demain cinq heures. Bye bye.
Dr Cox : - Oui, bon, je vois, je vais vous traduire ça dans une langue que vous pourrez comprendre. (Il fait une voix de marionnette avec sa main.) Vous examinez mon fils tout de suite ou je vous pèle le derrière à vif.

Dr Cox : - Salut, David. Justement je vous attendais.
Dr Norris (faisant semblant d’avoir peur) : - Ah, ah, ah.
Dr Cox : - Tout à coup, je ne sais pas ce qui m’a pris, j’ai eu envie de jouer avec vos petites peluches. Oui, oui, je sais qu’elles sont “pour les enfants”, eh, eh. Je voulais aussi vous avertir que je vous amènerais mon fils ce matin pour que vous l’auscultiez.
Dr Norris : - C’est ça mon vieux dans tes rêves. Où est monsieur Tarte aux Poires ?
Dr Cox : - Oh que pasa ?
Dr Norris : - J’ai dit, où est monsieur Tarte aux Poires ?
Dr Cox : - Il est en sécurité, David.
Dr Norris : - Si vous touchez à un seul cheveu de sa tête, j’inocule à votre lardon, la grippe du poulet.
Dr Cox : - Non, vous ne le feriez pas.
Dr Norris : - Oui, c’est vrai. Par le ciel, ce n’est qu’un innocent clown.
Dr Cox : - Non, David, c’est une rareté de collection.
Dr Norris : - Et alors ?

Elliot (parlant de Bruce) : - Il a un tas de qualités ce gosse mais il part en vrille chaque fois que Kelso s’approche de lui.
Sean : - Tu n’as qu’à dire à Kelso de ne plus l’approcher.
Elliot : - J’ai déjà franchi beaucoup d’étapes cette année, mais quand il s’agit de Kelso je… l’affronter c’est trop pour moi. Il est ma baleine blanche.
Sean : - Ah oui. Moi la mienne c’est Frank.
Elliot : - Euh, non, je veux dire comme Moby Dick. Le Dr Kelso c’est mon cauchemar.
Sean : - Oh, j’adore Frank alors je lui laisse tout passer. Et… il en profite de temps en temps et il me rend dingue.

Elliot s’adressant à J.D. :
- Tu seras gentil avec le professeur, je couche avec lui. Oh mon Dieu, la dernière fois que j’ai dit ça, c’était à la fac.

Dr Cox : - Norris ne veut pas céder et en plus, il a reporté le rendez-vous à six heures, cette espèce d’empaffé.
Jordan : - Surveille ton langage devant le petit. Tu entends, espèce de vilain. Tu vois, je m’adapte. Toi, en revanche, tu fais n’importe quoi, t’es un fou furieux.

Jordan : - Carla ?
Carla : - Mm.
Jordan : - Vous êtes bien le genre de personne qui vient donner son avis sur les problèmes de tout le monde sans même qu’on lui demande quoi que ce soit ?
Carla : - Vous savez, avec le temps, j’ai appris à la fermer.
Jordan : - A vous de jouer !
Carla (au Dr Cox) : - Vous avez complètement perdu de vue la plus important dans tout ça. Vous êtes un père maintenant, vous comprenez ? Celui qui passe avant, ce n’est plus vous. La seule chose qui prime c’est l’intérêt de votre fils. Même si ça veut dire lécher les bottes du seul docteur sur terre qui réussisse à être plus odieux encore que vous.
Jordan : - Bien.
Carla : - Oh, oh c’est pas vrai. J’aime tellement ça que mes mains tremblent.

Elliot : - Tu t’en sors avec tes internes ?
Doug : - Ça me brûle encore mais j’entends toujours, c’est déjà ça.

Dr Kelso (à Bruce) : - Fantastique champion ! Mais ceci est l’artère brachiale, c’est pas ainsi qu’on fait une prise de sang. Cela dit si nous avons une injection d’héroïne à faire, je ferais appel à vous.
Elliot : - Dr Kelso…
Dr Kelso : - Qu’y a-t-il, Dr Reid, quelque chose à dire ?
Elliot : - Non, rien.
Dr Kelso (à Bruce) : - C’est fou, vous me la rappelez tellement. Vous êtes à deux syncopes et trois affolements près, exactement comme elle.

J.D. : - Ecoute Brian, si tu as vraiment trop de problèmes pour rédiger ton rapport, je serais ravi et honoré de le faire pour toi.
Brian : - Vous me rendez ça avant cinq heures.
J.D. : - OK, j’ai un tas de choses à faire mais…

Sean : - Hey J.D., j’aurais à te faire une ou deux critiques constructives, si tu permets ?
Pensées de J.D. : - Frappe à l’entrejambe, J.D., à l’entrejambe !

J.D. : - OK, c’est ça, je suis désolé, Sean, je suis médecin et j’enseigne à des humains pas à des dauphins, OK. Donc je ne vois pas en quoi ça m’aiderait de savoir ce qui marche sur les poissons.
Sean : - Ce sont des mammifères en fait.
J.D. : - Oh, et ben, Sean, malheureusement pour moi mes internes ne sont pas des mammifères.
Sean : - Si J.D., eux aussi.

J.D. : - Je… je m’en fiche, Sean. Tu viens Turk.
(Turk le suit puis reviens.)
Turk : - Hey, je voulais que tu sache que j’ai aucun problème avec toi mais je résiste pas aux sorties fracassantes.
Sean : - Oh, je comprends ça.

Turk : - Réfléchis un peu. Cox a été ton prof depuis que t’es là. Tu crois qu’il en a quelque chose à faire, lui, que tu l’aimes ou pas ?
J.D. : - J’espère que oui.
Dr Cox (poussant J.D.) : - Hors de mon chemin, parasite.
Turk : - On dirait qu’il t’aime.
Pensées de J.D. : - Tu le rattrapes et tu lui claques l’entrejambe.

Dr Cox (lui lançant son clown) : - Tenez, amusez-vous bien. Il a rien, je ne lui ai pas coupé la main, j’ai utilisé une autre poupée pour ça.
Dr Norris : - Si vous voulez, vous pouvez me la donner, je pourrais la réparer… et la garder… pour les enfants.

Dr Cox : - Et sans parler de l’enlèvement de votre fétiche, je pense que je vous dois de plates excuses. C’est vrai que j’ai agi comme un crétin mais je ne crois pas que… que mon fils, qui n’y est pour rien, devrait pâtir de tout ça.
Dr Norris : - Parce que vous croyez que je ferais courir un danger à la santé d’un enfant pour ça vous êtes un véritable crétin. Ecoutez, la plupart des parents auxquels j’ai affaire sont des crétins. Cela dit, sans vouloir vous vexer, vous êtes dans le top cinq.

Dr Cox : - Vous avez des enfants ?
Dr Norris : - Une… Elle déteste les clowns !
Dr Cox : - Pff, ça c’est pas de bol.
Dr Norris : - M’en parlez pas.

Elliot : - Dr Kelso, j’ai réfléchi, finalement, j’ai un truc à dire. Vous m’avez demandé tout à l’heure si j’avais quelque chose à dire.
Dr Kelso : - Non.
Elliot : - Si, vous l’avez fait. Et, si je suis revenue vous parler c’est parce que vous avez dit que Bruce et moi, tous les deux, on était pareil. Vous avez raison. Et pourquoi ? Parce que vous le traitez exactement comme vous m’avez traité quand je suis arrivée. Dr Kelso, vous nous juger uniquement sur les vingt minutes de stress que vous nous accorder deux fois la semaine, et le reste du temps, ça ne vous intéresse pas de savoir à quel point on bosse dur. Parce que si vous le saviez, vous réaliseriez que souvent quand on n’est pas à la hauteur c’est pas notre faute, c’est la votre.
Dr Kelso (à Bruce) : - Est-ce ainsi que vous ressentez les choses, futur dentiste ?
Bruce : - Ben, parfois vous me donnez l’impression que… que je suis un nul qui sait rien faire. Alors que je sais faire un tas de choses.
Dr Kelso : - Comme quoi ?
Bruce : - Je suis un super crack de la batterie humaine.
Elliot : - Bruce, Bruce, je crois qu’il voulait dire sur un plan médical.

(Bruce fait de la musique avec sa bouche.)
Elliot : - Oh, bravo Bruce, c’est stupéfiant. Où est-ce que t’as appris à faire ça ?
Bruce : - Au temple.

J.D. : - Hey Sean, t’as raison à propos de mes internes. Je crois que je te dois des excuses.
Carla : - Et comment tu lui en dois. Tu sais ce que c’est ton problème, Bambi ? Tu… (Turk la prend sur ses épaules.) Oh, Turk, mais arrête. Non, laisse-moi encore une seconde. Faut que je lui dise, s’il te plait. (A J.D.) Tu paies rien pour attendre, toi.

Sean : - On va pas en faire un plat, J.D. On sait tous les deux pourquoi tu es comme ça. Tu… tu aimes Elliot.
J.D. : - Désolé.
Sean : - C’est pas grave.
J.D. : - T’es pas fou de rage ? Je sais pas, moi je serais fou de rage. Pourquoi t’es pas fou de rage ?
Sean : - J’en sais rien. Peut-être que c’est… parce que je ne te vois pas comme une menace.
J.D. : - Ah ! Mouais.
Pensées de J.D. : - Je m’en fiche. Tout ce qui compte c’est de trouver le truc pour dormir la nuit. Ça peut être de se dresser et d’affronter sa Moby Dick, peindre en blanc sa tache noire ou imaginer une orque arrachant le bras de Sean. Enfin… pas besoin d’être médecin pour vous dire qu’une bonne nuit de sommeil arrange bien des choses.

* Musiques de l’épisode :
- Loving You de Minnie Riperton (Quand J.D. s’imagine dans une barque avec Elliot et jetant Sean à l’eau.)
- Disappear de Dina D’Allesandro (Quand J.D. est au restaurant et que Sean et Elliot le rejoignent.)
Membres additionnels de la production

Producteur exécutif : Bill Lawrence (III)
Co-producteur exécutif : Tim Hobert, Matt Tarses , Eric Weinberg
Producteur : Randall Keenan Winston
Co-producteur : Liz Newman, Mike Schwartz (II)
Musique : Jan Stevens
Montage : Rick Blue
Directeur de la photographie : John Inwood
Création des décors : Cabot McMullen
Producteur associé / délégué : Danny Rose
Analyse du scénario : Angela Nissel
Assistant montage : Daniel Russ
Chargé de Production : Irwin Marcus
Chef accessoiriste : Tim Caprarelli
Chef décorateur : Brian Kasch
Coiffeur : Scot Williams
Consultant médical : Dr Jonathan Doris, Dr Dolly Klock
Coordinateur de la production : Hillary Simone Hirsch
Coordinateur de Post-Production : Nicola Scaramuzzo
Costumes / Costumière : Carey Bennett
Directeur Artistique : Susan Bolles
Distribution des rôles : Brett Benner, Debby Romano
Maquilleur : Darla Albright
Montage de l'histoire : Janae Bakken, Debra Fordham, Mark Stegemann
Premier Assistant Réalisateur : Paul Burke Pedreira
Second Assistant Réalisateur : Franklyn M. Gottbetter
Supervisation du scénario : Denise Karey
Superviseur de la production : Gabrielle Allan, Garrett Donovan, Neil Goldman

 Episode précédentSaison 3 Episode suivant  
Membres : pour accéder aux avantages membres, vous devez être inscrit ou identifié avec votre login

Mise à jour le : 12/12/2009 à 12:36